Partager sur :

Cheikhe Hadjibou SOUMARÉ, président de la Commission de l’UEMOA : "Le défi énergétique est au cœur de nos politiques climatiques"


Cheikh Hadjibou SOUMARE, président de la Commission de l‘UEMOA (Union Economique et Monétaire de l’Ouest Africain) est ancien Premier ministre du Sénégal. Dans le cadre du travail entrepris par Global local forum sur les politiques territoriales de l'énergie, le président de l'UEMOA nous fait part de sa vision du défi énergétique pour l'Afrique de l'Ouest.

Dans le cadre de la tenue de la récente 21ème Conférence des Parties (COP21) dont l’objectif était d’aboutir à une Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique, il m’est utile de partager avec vous les enjeux et l’engagement des territoires de notre Union sur les questions énergétiques. Le changement climatique est un défi que les politiques de développement doivent aujourd’hui prendre en compte mais aussi pour lequel elles peuvent apporter des réponses, notamment au niveau local.Le défi énergétique est au cœur de nos politiques climatiques. 

La Politique énergétique commune (PEC) de notre Union, actuellement mise en oeuvre dans le cadre de l’Initiative régionale pour l’énergie durable (IRED), a entrepris de réaliser, au niveau des territoires de l’Union, des projets énergétiques visant la lutte contre le changement climatique. Dans le cadre de son Programme régional de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (PRODERE), la Commission de l’UEMOA a notamment pour objectif d’atteindre 82 % d’énergies vertes à l’horizon 2030. Je dois indiquer que ce taux intègre bien sûr l’hydroélectricité.

L’un des plus grands espoirs de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique repose actuellement sur le développement des énergies vertes et la rationalisation de la consommation d’énergie, toute chose qui constitue l’objectif principal de notre programme PRODERE.

Pour cela, l’approche territoriale a été privilégiée. Les premières réalisations du PRODERE (d’un coût de 19 215 000 000 de FCFA) ont consisté à installer des kits solaires, lampadaires solaires, microcentrales solaires et lampes à basse consommation dans les territoires des États membres de l’UEMOA. Mais vu l’engouement et la satisfaction générés par ces réalisations au niveau des populations bénéficiaires, nous sommes en train de mobiliser 20 milliards FCFA pour faire une extension du projet. Par ailleurs, dans notre souci d’atteindre 82 % d’énergies vertes à l’horizon 2030, nous avons entrepris de mettre en place un fonds dénommé Facilité régionale d’accès à l’énergie durable (FRAED) que nous comptons abonder avec les contributions de nos Partenaires internationaux.

Cette politique de l’énergie passe aussi par notre Programme régional d’économie d’énergie (PREE), et, à cet égard, je veux noter le lancement de trois projets : le Projet régional d’étiquetage des équipements électriques domestiques dans les États membres de l’UEMOA (ce projet vise à mettre en place un système d’étiquetage permettant aux acheteurs et consommateurs de reconnaître facilement les appareils électroménagers les moins énergivores tels que climatiseurs, réfrigérateurs, congélateurs, téléviseurs, chauffe-eau et lampes électriques), ainsi que le projet d’instauration de code d’efficacité énergétique dans les bâtiments de l’Union, et le projet de diffusion des lampes à basse consommation dans les bâtiments et établissements publics de l’Union.

La réalisation de tous ces projets devrait contribuer à résoudre les questions de développement car on ne peut prétendre à un développement de nos collectivités territoriales sans l’accès sécurisé et permanent des populations à l’énergie vu l’incidence de cette dernière sur les taux de mortalité infantile, d’alphabétisation, et de fécondité.  La lutte contre la pauvreté et la sous-nutrition requiert de mener un combat résolu contre ces inégalités d’accès à l’énergie.

 

Photo : Le Président Abdoulaye SENE a remis à Cheike Hahjibou SOUMARE, président de la Commission de l’UEMOA, les propositions rassemblées dans la Revue 2015 de Global local forum pour "construire des politiques territoriales de développement et d’autosuffisance énergétique », en présence des Commissaires Guy-Amédée AJANOHU, Augustin TOMPIEU-ZOUO et  Ibrahima DIEME  avec  Mme Aissadou DIAWARA et Elhadji Malick DIOP, qui représentaient le Président François-Albert AMICHIA, ainsi que Pierrick HAMON et Jean DUMONTEIL, coordonnateur de ce Numéro.