Partager sur :

Renforcer l'action publique locale et le développement dans le dialogue des territoires


Global local forum est un think tank, réseau international francophone indépendant d’expertise et d’action sur le développement territorial et le renforcement de l’action publique locale dans le dialogue des territoires. Dans le foisonnement dynamique du débat autour des approches territoriales, Global local forum entend contribuer à enrichir et aider à structurer les notions et concepts correspondants, par un renouvellement de la réflexion sur la coopération au développement. Il s’agit de repérer et valoriser les plus-values envisageables et leur impact territorial par un croisement des regards de la part des acteurs et chercheurs de tous horizons sur des logiques partenariales : inventer un nouveau développement mutuel entre territoires, réfléchir et impulser des formes innovantes de coopération. La coopération décentralisée, ce sont des territoires qui échangent.  Cette dynamique s’appuie sur l’engagement et la contribution d'un réseau de "groupes géographiques" et de "correspondants" Global local forum présents sur les différents continents  et dans un esprit de partenariat, tout en respectant la multiplicité des analyses et en leur permettant d’être entendues.

Ce développement mutuel gagne à être fondé sur une démarche participative, même si les formes peuvent en être diverses à condition de ne pas être imposées “du haut“ ou "de l’extérieur".  Alors que se renforcent les compétitions nouvelles de l’attractivité, du développement économique, mais aussi les enjeux de la cohésion sociale, de la diversité culturelle, les territoires qui se développent le doivent de moins en moins aux appuis extérieurs et de plus en plus à l’existence d’une dynamique volontariste et intelligente ou stratégique.

Les approches strictement thématiques ou sectorielles n'aboutissaient, le plus souvent, qu'à renforcer les cloisonnements de toutes sortes. Une addition de projets sans liens entre eux ne fait pas du développement. C’est même parfois le contraire, surtout s’ils sont parachutés dans l’ignorance des responsabilités politiques et économiques tant locales que nationales. Parce qu’elles ont un rôle d’ "ensemblier", les collectivités et autorités territoriales ont la capacité de mettre en mouvement leurs forces vives au service d’un développement économique, social, durable et partagé et dans le respect de la politique des États. Partir du territoire, c’est partir de la réalité, des potentialités du développement local - ou endogène - par un repérage des véritables enjeux, avec les populations et les « acteurs » actuels ou potentiels,  y compris ceux de l'extérieur. Les "migrants" sont partie prenante de cette dynamique.

Cela nécessite la recherche de synergies et de capacités à anticiper (prospective) et rester en veille permanente proactive (intelligence économique), pour décider et agir. Cela suppose que les experts en prospective et intelligence économique puissent échanger autour des questions relatives au développement économique, à l'attractivité des territoires, au marketing territorial. Favoriser les interfaces, c’est susciter l’innovation. Les dynamiques du développement durable comme les nouvelles pratiques de l’économie de proximité constituent des atouts nouveaux qu’il convient de consolider parallèlement au développement d’une économie globale.  La gouvernance à multi niveaux (multi level governance), telle que promue le Comité des Régions de l’Union Européenne et par l’OCDE ainsi que par l’Union Économique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) notamment, est au cœur de la démarche.

La francophonie moderne et ouverte, conforme à la conception initialement proposée par l’un de ses illustres fondateurs, le Président Senghor, reprise et confirmée lors du Sommet de Hanoï de 1997, puis  développée et renforcée par l'Organisation intertnationale de la francophonie (OIF) sous l'impulsion de sa secrétaire générale Michaëlle Jean, est conviée en priorité. Au sein de notre réseau international, l’expression peut aussi s'engager en plusieurs langues, en fonction de l’usage qu’en font les participants et de leurs contributions. Les correspondants et groupes locaux, en conformité avec les objectifs de Global local forum, sont les acteurs principaux avec des travaux conduits en réseau en vue de pouvoir présenter des analyses et propositions concrètes et constructives. Celles-ci intègrent la diversité culturelle qui fait la complexité mais aussi la richesse de ce monde à la fois local et global.

Le vœu des initiateurs du manifeste fondateur de Global local forum est de rassembler ceux qui, au-delà de leurs choix idéologiques, partagent le diagnostic sur le rôle clé des territoires comme lieu du progrès humain et de développement économique et durable, par le partage équitable des biens publics mondiaux et une nouvelle stratégie, plus dynamique et plus proche des réalités, du bien-être pour le grand nombre. Les membres du groupe d’initiative signataires du manifeste fondateur de Global local forum sont originaires de 32 pays différents et issus de tous les continents. Ils ont choisi de mêler origines et professions pour une approche croisée et foisonnante à l’exclusion de tout sectarisme, avec un objectif commun : l’économie au service des hommes dans le dialogue des territoires.